Plongée dans l’histoire indienne à Agra

Agra. Ce nom parle de lui-même, tant il évoque la merveille du monde qui lui est associée : le Taj Mahal.

0O0A3463

Comme les 3 millions de touristes qui s’y rendent chaque année – soit le double de la population de la ville – nous n’avons pas coupé à un passage par l’ancienne capitale de la région de l’Uttar Pradesh, à quelques 150 kilomètres de Delhi.

Beaucoup n’y consacrent qu’une journée, c’est d’ailleurs ce que l’on nous avait recommandé à Delhi. Nous sommes pourtant restés 3 jours, le temps de profiter pleinement d’une pause au calme, loin de l’effervescence de Delhi, mais surtout l’occasion de découvrir les nombreuses splendeurs de la ville trop souvent éclipsées par le Taj.

Aux voyageurs qui voudraient s’y rendre, nous recommandons chaudement le Baby Taj construit 30 ans avant le Taj Mahal, le Fort Rouge, né sous le règne d’Akbar, ainsi qu’une escapade à Fatehpur-Sikri, ancienne capitale de l’empire moghol, aujourd’hui abandonnée, et située à une trentaine de kilomètres seulement de la ville.

Une fois n’est pas coutume : petite leçon d’histoire.

Le Taj Mahal : « Palais de la couronne » en persan, sa construction a commencé en 1631, à la demande de l’empereur moghol Shâh Jahân, en mémoire de sa troisième épouse Mumtaz Mahal (« la lumière du palais »). Celle-ci mourut en couche en donnant naissance à leur quatorzième enfant, ce qui brisa le cœur de l’empereur, dont les cheveux seraient devenus gris en une nuit. En sa mémoire, il fit construire un immense mausolée de marbre blanc orné de pierres semi-précieuses. Ayant été renversé par son fils Aurangzeb en 1658, il ne put en observer l’évolution des travaux que depuis le Fort d’Agra, prison dorée dans laquelle il était enfermé. Quand il mourut en 1666, sa dépouille alla rejoindre celle de sa femme à l’intérieur du palais.

En 2007, le Taj Mahal a été désigné comme faisant partie des 7 nouvelles merveilles du monde, au même titre que la grande muraille de Chine ou le Machu Picchu. Pour que jamais un tel chef d’œuvre ne puisse être reproduit, la légende veut que les 20 000 ouvriers qui participèrent à sa création eurent les mains coupés.

Le Taj ouvre dès 6h15 le matin, et nous conseillons vivement de s’y rendre à cette heure là ; non pas tant pour y admirer le soleil se lever comme le vendent beaucoup de guides (le palais est en fait perdu dans le brouillard à ce moment là) mais pour échapper à la cohue des touristes et à la chaleur écrasante qui s’installe de manière tenace à partir de 10h du matin.

0O0A3470

0O0A3492

Sur les murs du Taj Mahal, des mosaïques de pierres précieuses
Sur les murs du Taj Mahal, des mosaïques de pierres précieuses

Le Fort Rouge : Reconstruit en 1558 par l’empereur moghol Akbar, lorsque celui-ci décida de faire d’Agra sa capitale, le bâtiment impose par ses enceintes de grès rouge qui s’étalent sur plus de 2,5 kilomètres et 21 mètres de haut.

Akbar est considéré comme le « plus grand » – akbar en arabe – des moghols puisque son règne marque l’apogée de l’empire et donc de l’expansion musulmane en Inde. En effet, s’ils descendent de Gengis Khan, fondateur de l’empire mongol, les Moghols ont quant à eux colonisés les steppes d’Asie centrale, dans lesquelles ils s’imprégnèrent de la culture persane. C’est donc « arabisés » qu’ils prirent en 1526 le contrôle du nord de l’Inde à Ibrahim Lodî, le dernier souverain du sultanat de Delhi.

Une fois l’empire moghol tombé en 1857, le Fort fut pillé par ses nombreux assaillants avant que les anglais n’en fassent une caserne militaire, n’hésitant pas à raser un bon nombre de bâtiments intérieurs. Plus impressionnant et étendu que le Fort de Delhi, il serait trop bête de passer à Agra sans y faire un tour.

0O0A3406

0O0A3404

0O0A3376

Le Baby Taj : Aussi connu sous le nom de mausolée d’Itimâd-ud-Daulâ, c’est sans conteste notre coup de cœur à Agra. Précurseur du Taj, et lui aussi d’architecture indo-persane, il a été construit en 1628, à la mémoire du vizir de l’empereur Jahangir. C’est sa femme, l’impératrice Nûr Jahân, qui est à l’origine de la construction de l’édifice, le vizir n’étant autre que son propre père. On y a retrouvé la même ambiance de quiétude qu’au Taj Mahal, les touristes en moins, les singes en plus !

0O0A3318

0O0A3327

0O0A3365

0O0A3360

Fatehpur-Sikri : Ancienne capitale de l’empire moghol, elle fut construite en 1571 par l’empereur Akbar, le même qui fit édifier le Fort Rouge. Mais alors pourquoi changer brusquement de capitale alors même qu’il avait désigné Agra à peine une dizaine d’année auparavant ? Sans héritier pour reprendre sa couronne, l’empereur avait pour habitude d’aller consulter les prédictions d’un ermite vivant dans le petit village de Sikri, non loin d’Agra. Celui-ci lui prédit un jour l’arrivée imminente d’un fils. Lorsque ce-dernier naquit, Akbar décida de construire à l’endroit où avait eu lieu la prédiction une fabuleuse cité. Trop éloignée des premiers points d’eau, elle fut cependant abandonnée à la mort de l’empereur en 1584. Parfaitement préservée depuis, elle reste un superbe témoignage de l’architecture indienne du XVIe siècle.

0O0A3537
0O0A3557

0O0A3572

0O0A3591

 

Antoine & Charlotte.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestEmail this to someoneShare on Google+