San Pedro de Atacama, l’immortel

Le salar d’Uyuni nous avait émerveillés, celui de San Pedro de Atacama nous a conquis.

0O0A6015

Pourtant, si les hommes n’avaient pas déterminé l’imposant volcan Licancabur comme frontière naturelle, rien ne viendrait différencier le désert chilien de son homologue bolivien.

0O0A6500
De l’autre côté du volcan, l’époustouflant salar d’Uyuni

Ce sont les mêmes lagunes aux couleurs irréelles, les mêmes plaines salées asséchées par le temps, les mêmes roches volcaniques déchiquetées par le vent. Peut-être aussi les mêmes flamants roses qui voguent d’un lac à l’autre, franchissant les montagnes, ignorant les frontières.

0O0A6113

0O0A6039

0O0A6495

0O0A5746

Mais il y a quelque chose en plus à Atacama. Une sensation indescriptible. Presque infime. De l’ordre du recueillement. De la vallée de la Lune au salar de Tara, les files de touristes prennent des airs de pèlerins foulant miraculeusement la terre sacrée après une longue épopée.

0O0A5896

Ils viennent rendre hommage à la mémoire du monde. Car, à Atacama, c’est le récit d’une petite apocalypse qui s’est figé.

0O0A5984

Là, à l’aube de l’humanité, la Terre a grondé. Dans un bain de lave, ses entrailles se sont écartées. Pour accoucher de 7 000 kilomètres de vallées. L’épine dorsale du monde. La colonne vertébrale de la planète.

Des montagnes replètes, bombant fièrement l’échine face au soleil. Voilà des millénaires que leurs neiges lui résistent. Il paraît qu’elles sont éternelles. À côté, leurs frères volcaniques, un brin plus sulfureux.

0O0A6216

Et partout autour, des cathédrales de sables. Minutieusement taillées par le vent, comme pour mieux sonner la naissance de ces géants. Ding dong. Vous entendez? C’est la roche qui craque, tourmentée. C’est la bise qui siffle, excitée.

0O0A6431

En se déchirant, la Terre a beaucoup pleuré. De ce long effort, elle frémit parfois encore : quelques spasmes d’épuisement qu’on appelle « tremblements ». Ses larmes ont glissé en des cuvettes d’eau glacée, prisonnières des sols volcaniques depuis des années. D’autres se sont évaporées ; il n’en reste plus que la croûte salée.

0O0A6284

0O0A5648

Les hommes se succèdent inlassablement pour célébrer les nouveau-nés. Mais ils n’ont que quelques heures pour contempler le miracle avant de s’en aller. Car à des centaines de kilomètres autour, on ne voit que le désert. Sanctuaire de la Terre-mère, chaperon de la planète contre l’humanité. La vie ne s’y développe pas. La mort non plus. Entre ses dunes de sables, le temps s’est arrêté. Et il se tiendra encore là, inchangé, lorsque nous ne serons plus que la poussière qui fait vibrer le silence de son immensité. Les déserts sont immortels. Et nous ne pouvons que les traverser.

0O0A5831

Charlotte & Antoine.

0O0A5874
Et l’ombre du photographe plana sur la vallée!
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestEmail this to someoneShare on Google+