Récapitulatif – Pérou

Notre visite du Pérou s’est effectuée en deux parties. Arrivés une première fois depuis la Bolivie, en traversant la frontière du lac Titicaca, nous devions repartir quelques 10 jours plus tard, pour attraper notre vol à Santiago en direction de l’île de Pâques (vous avez le droit de relire pour bien comprendre !). Mais c’est bien depuis Lima que nous reprenons le chemin de la France. Il nous fallait donc y revenir, et en profiter pour rattraper, en cours de route, ce que nous n’avions pas pu voir la première fois. On vous raconte tout ce qu’on a rencontré, appris et goûté en route !

  • Coup de cœur :

La ville de Cuzco : La « Rome des Incas » porte bien son nom. Bien que largement revue à la sauce coloniale, nous sommes littéralement tombés sous le charme de sa plaza de armas aux imposantes arcades, de ses ruelles piétonnes escarpées et de ses maisonnettes blanches reconstruites sur les habitations historiques des indigènes. Depuis le vieux centre, on peut contempler la ville qui s’étend au loin sur les différentes collines verdoyantes des alentours. Sublime !

Vue depuis la place des armes
Vue depuis la place des armes
  • Expérience inédite :

Visiter le Machu Picchu : C’était un rêve d’enfant, au même titre que l’île de Pâques ou la grande muraille de Chine. Planté au sommet d’une montagne souvent embrumée (la montagne « Machu Picchu » – qui lui prêtera son nom), le village inca longtemps endormi ne nous a pas déçus. D’autant plus que nous avons eu la chance de le visiter sous un grand soleil !

Capture d’écran 2015-05-14 à 18.25.25

  • Expériences culinaires à recommander :

La cuisine péruvienne n’a plus à faire ses preuves, et ce n’est pas nous qui allons vous dire le contraire ! Alors que, jusqu’ici, la nourriture sud-américaine ne nous avait pas vraiment conquis, c’est finalement le Pérou qui a réveillé nos papilles gustatives. On y mange à bon marché et…beaucoup ! À titre d’exemple, le midi, les restaurants pratiquent en général des formules à 10 soles (3 euros), comprenant une salade, une soupe, un plat principal, un dessert et des jus de fruits frais à volonté (rien que ça !).

Voici la liste non-exhaustive de nos découvertes culinaires :

Les soupes : « Sopa criolla », « sopa de quinoa », les péruviens commencent généralement leur repas – déjeuner comme dîner – par un bol rempli à ras-bord d’un liquide bien chaud. Ça nous suffirait bien, mais ici, c’est un peu un incontournable, comme le pain sur les tables françaises.

Le ceviche : Sans doute le plat le plus connu du Pérou, ce n’est pas pour rien que sa réputation a traversé les frontières. Véritable institution dont on a retrouvé des traces dans des vestiges vieux de 2 000 ans, il s’agit pourtant d’une simple marinade de poisson cuite dans du citron vert et qu’on agrémente ensuite d’oignon, de piment et de quelques gros grains de mais. Normalement, on n’est pas très fan du poisson cru, mais là, c’est un régal !

0O0A9403

Le steak d’alpaga : Et oui, au Pérou, l’alpaga – race cousine du lama – ne sert pas qu’à faire des pulls ! Il trouve aussi sa place dans les cuisines des restaurants. Son goût est un peu fort en bouche, assez proche de celui du gibier, mais en sauce et avec un bon accompagnement, on en redemanderait presque.

Le cuy : À prononcer « couille » et à l’origine de nombreuses blagues de plus ou moins bon goût autour de la table (on ne vous fait pas de dessin). Il s’agit d’un petit cochon d’Inde rôti qui, selon la présentation des restaurants, arrive une fois sur deux, entier dans l’assiette, un piment rouge planté dans les dents. Mmm…on ne sait plus si on doit s’en amuser ou en être effrayé !

Capture d’écran 2015-05-14 à 18.00.15

Le pisco : Les péruviens et les chiliens s’en disputent l’invention, bien que les deux pays le produisent aujourd’hui de manière totalement différente. Considéré comme une catégorie du cognac, c’est une eau-de-vie de raisin, qui titre entre 30 et 40 degrés d’alcool. On le boit en cocktail – le fameux pisco sour – avec un jus de citron vert et un blanc d’œuf monté en mousse. Délicieux, mais sournois : il monte à la tête plus vite que ce que l’on imagine.

0O0A7080

La chicha morada : Boisson antique fermentée que l’on obtient en faisant bouillir dans de l’eau, du maïs violet, de la cannelle, des clous de girofle et du sucre. Lors de la mort d’un seigneur, les Incas en faisait ingurgiter de fortes doses à ses concubines et servantes, pour mieux les convaincre de se faire enterrer vivante auprès de feu leur maître. Quand on a appris ça, on a un peu ralenti le rythme des commandes !

0O0A9406

L’Inka Cola : Quasiment exclusivement vendu au Pérou, c’est la boisson gazeuse nationale par excellence. De couleur jaune, son goût assez chimique, rappelle celui du chewing-gum. Intéressant, mais on n’ira pas courir les magasins spécialisés à Paris pour en remplir nos placards !

0O0A7067

  • Ce qu’on gardera :

L’histoire des civilisations précolombiennes : Avec la Bolivie, le Pérou est le berceau des grandes civilisations qui peuplèrent l’Amérique du Sud bien avant le déploiement de l’empire Inca (qui ne dura en réalité qu’un siècle, avant l’arrivée des conquistadors en 1532). Il n’en fallait pas plus pour faire ressurgir notre vieille passion pour l’histoire et nous plonger dans les rebondissements de ces empires disparus.

0O0A9348

  • Les petits imprévus :

Le Pérou, un peu dangereux ? : On ne sait pas s’il est arrivé quelque chose à l’équipe du Routard au Pérou pour qu’elle rédige son guide en le ponctuant d’autant d’avertissements, mais ça nous a fait un peu froid dans le dos. En première ligne des dangers qu’on ne verraient pas arriver : les taxis. Maquillés aux normes officielles, ils auraient des arrangements avec la police pour mieux dépouiller, séquestrer, kidnapper, violer et même tuer les touristes (euh…). On a donc connu quelques légers épisodes de paranoïa quand on a bien fini par être obligés de monter dans l’un d’eux…sans qu’il ne se passe finalement quoi que ce soit !

  • Bonne surprise :

Le Nord du pays : Le Pérou nous a donné une raison de plus de nous réjouir : la venue des parents d’Antoine pour une semaine de vacances familiales. À cette occasion, nous nous sommes envolés pour quelques jours dans le Nord du pays, région dans laquelle nous ne nous serions certainement jamais aventurés seuls. Et, surprise : on a adoré ! Plus plat, plus aride, et plus pauvre que le Sud, il n’en n’est pas moins incroyablement riche en…histoire ! On y a visité l’ancienne cité antique Chan-Chan ou encore la célèbre tombe du seigneur de Sipan. Antoine en a tiré un article passionnant, à retrouver ici.

Capture d’écran 2015-05-14 à 17.46.22
L’ancienne cité impériale « Chan-Chan »
  • Les spécificités péruviennes qui nous ont étonnés :

Une culture aymara encore très présente : Derniers restes de l’empire précolombien, la culture aymara (indienne) a traversé les âges, elle est encore très présente aussi bien au Pérou qu’en Bolivie. Textiles, musique des Andes ou poteries, les marchés artisanaux battent leur plein pour le plus grand bonheur des touristes.
0O0A8649

Le désert : On a souvent l’image du Pérou comme celle d’un pays verdoyant aux collines grassouillettes. La faute à la célébrité mondiale du Machu Picchu, situé, il est vrai, à quelques encablures de la luxuriante jungle amazonienne. En réalité, le Pérou est un pays plutôt aride, et même carrément désertique sur toute la côte Pacifique. Un peu surprenant, quand on ne s’y attend pas !

0O0A9418

Le logo du Pérou : Sur les sites internet, les bus, les produits locaux mais surtout à toutes les frontières, en grosses lettres rouges, le logo du Pérou trône fièrement depuis 2011 d’un bout à l’autre du pays. Il serait le résultat d’une nouvelle stratégie du gouvernement visant à faire peau-neuve. Le « P » en forme d’une spirale, représenterait notamment les nombreux changements en cours. Un peu illisible à notre avis, mais après tout, pourquoi pas !

0O0A7071

Le pays des églises et des monastères : Arrivés avec les conquistadors dès le 16e siècle, les missionnaires franciscains et dominicains se sont empressés d’évangéliser le peuple amérindien. Faisant ainsi entrer le Pérou dans un pan très pieux de son histoire. À Cuzco, fait notoire, il y a même deux cathédrales – construites par chacun des deux ordres – se faisant face sur la place principale. On a particulièrement aimé se perdre dans les ruelles des monastères qui, comme à Arequipa, sont parfois de véritables petites villes dans les villes.

Capture d’écran 2015-05-14 à 18.01.37
Le monastère de Santa Catalina à Arequipa

Quid du quinoa ? Blague fil rouge dans nos cercles d’amis ou nos familles à Paris, Charlotte est une grande adepte du quinoa, ces petites graines sud-américaines qu’on cultive beaucoup…au Pérou ! Elle pensait donc en trouver à foison dans les restaurants ou les supermarchés. Erreur ! S’ils en font bien quelques salades, les péruviens dégustent surtout le quinoa en soupe ou en céréales soufflées au petit-déjeuner. Et, d’une manière générale, ce n’est pas le met le plus récurrent. Dommage… !

0O0A7070

  • Ce qu’on aurait aimé faire :

Des treks : Nous ne nous étions pas adonnés à une vraie randonnée depuis notre passage à El Chalten, en Argentine. Arrivés au Pérou, on pensait pouvoir aiguiser une dernière fois nos chaussures de marche sur les routes des deux treks les plus célèbres du pays : celui du « Rio Colca » au départ d’Arequipa, et celui qui relie Cuzco au Machu Picchu. Loupé ! Notre planning était trop serré. On garde nos chaussures de marche pour un prochain challenge…en France !

Elles en auront vu de toutes les couleurs, mais cette fois, elles rentrent au placard!
Elles en auront vu de toutes les couleurs, mais cette fois, elles rentrent au placard!

Budget :

30 euros par jour et par personne. Un peu plus cher que la Bolivie, le Pérou reste toutefois un pays relativement bon marché pour les petits budgets. À la seule exception près du Machu Picchu, qui, au vu du succès phénoménal qu’il rencontre, ne cesse d’augmenter furieusement ses prix. Dans la plupart des villes, on peut s’en tirer pour une chambre privée à une vingtaine d’euros et s’offrir de très bons (et très copieux !) repas pour parfois seulement 5 euros.

Si on devait résumer le Chili en un mot :

Charlotte : « Ruines ». Le Pérou, le seul pays du monde qui tire l’essentiel de ses revenus de ses ruines. Et il a bien raison ! L’histoire de l’ancien royaume inca est incroyablement riche et on ne se lasse pas de parcourir ses restes, du Nord au Sud et d’Est en Ouest.

0O0A8344

Antoine : « Inca ». Inka Pharma, Inka Cola, Inka Trail, Inka Express, sans parler de la civilisation elle-même, « Inca » est un mot qu’on prononce une bonne dizaine de fois par jour au Pérou !

Charlotte & Antoine.

Un concert de flûte de pan à notre retour à Paris?
Un petit concert de flûte de pan pour fêter notre retour à Paris?
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestEmail this to someoneShare on Google+