Bilan de mi-parcours : ce qui a changé en 5 mois de voyage

Aujourd’hui – mercredi 11 février 2015 – cela fait exactement 5 mois que nous sommes partis. On s’est dit que c’était l’occasion de faire le point sur toutes les choses qui avaient changé depuis notre départ.

0O0A9238

Aux amateurs d’aventures, voici à peu près ce qui pourrait vous arriver après quelques mois sur les routes !

Nous avons perdu les notions de :

  1. Temps: On ne se lève jamais après 8 heures (et encore c’est une grasse matinée !), le mot « weekend » nous est devenu étranger – les jours s’enchaînent sans jamais se ressembler et rien ne vient distinguer les temps de travail de ceux de pause – quant à savoir quel jour on est…voilà une sacrée colle! Il nous a d’ailleurs fallu consulter un calendrier pour pouvoir ajouter un « mercredi » dans la première phrase de cet article.
Jour-nuit-nuit-jour, les horaires sont celles que nous nous imposons
Jour-nuit-nuit-jour, les horaires sont ceux que nous nous imposons
  1. Durée: On a passé tellement de temps à attendre dans les aéroports, les gares ou les stations de bus, qu’on ne sait plus utiliser l’adjectif « long » à juste titre. 12 heures de car pour relier Ushuaïa à El Calafate sont devenues pour nous, un « petit trajet », et 4 heures de retard dans une gare en pleine nuit, la routine.
0O0A7337
L’essentiel, c’est de rester stoïque.
  1. Distance : Même combat que pour les durées. Les deux sont liées d’ailleurs. A Puerto Madryn, on nous fait part d’un lieu sublime où se retrouvent chaque année, plus d’un million de pingouins. Seul hic, c’est à 180 kilomètres de la ville. Ça tombe bien, on a l’après-midi libre, on va faire l’aller-retour !
0O0A3329
Tout ça pour ça!
  1. Confort: « Tiens on a de l’eau chaude ! », « Attends mais il y a même des draps », « Tu as vu, on peut mettre le papier dans les toilettes ici ? », « Wahou je rêve ou il y a une baignoire !! ». Voilà. C’est à peu près à ça que ressemble le luxe pour nous maintenant.
0O0A1896
Sinon ça, c’est le quotidien.

Nous avons changé :

  1. De look : Ca fait bien longtemps qu’on s’est rallié à la cause des sandales à scratch (plus efficaces que des tongs pour marcher de longues distances, moins étouffantes que des baskets pour les grosses chaleurs). On les étaye même parfois de chaussettes. Sacrilège ultime. Et vous savez quel est le pire ? On ne peut plus se passer de nos pantalons-shorts ! Vous compatissez, on sait.
0O0A3670
Terriblement sexy, non?
  1. D’accessoires : On ne sait plus à quoi ressemble un portefeuille. Depuis 5 mois, on garde tout notre liquide bien au chaud dans notre fidèle banane-imperméable-double-poche-invisible-super-élastique. Côté lecture, on ne se sépare jamais de nos Kindles. Le livre numérique, y’a que ça de vrai !

0O0A3588

  1. D’hygiène de vie : Fini le petit verre de vin à la fin de la journée ! En voyage, le seul alcool qu’on trouve est souvent très cher et franchement pas terrible. Même combat pour la cigarette. Nous avons maintenant rallié le clan des non-fumeurs (et finalement, ça ne nous a pas paru si mal quand il a s’agit de trekker dans les Annapurnas !).
0O0A9773
Un café froid à la mode cambodgienne, à la limite…!

On est devenu super :

  1. Economes (/radins ?!) : On est prêt à écumer toutes les agences de location de voiture pour dénicher le meilleur tarif, plutôt que de payer une excursion organisée. Attendez, la dernière fois, on a quand même économisé 17 pesos (2 euros) !
0O0A3563
Oui monsieur, 17 pesos!
  1. Débrouillards (/puristes ?!): Plus besoin de cuisine équipée ! Donnez nous un canif et un Tupperware, et on vous prépare un repas de roi (si si !).
IMG_9734
On sait même faire des nems, alors…
  1. Organisés (/névrosés ?!): 33 heures de bus ? Pas de problème ! On a prévu, un sac de victuailles avec de quoi faire quatre repas, nos sacs de couchage, nos oreillers gonflables, nos brosses à dents, notre guide de voyage pour potasser l’étape suivante, la trousse de médicaments au cas où on tomberait malade au mauvais moment ; on a aussi pensé à charger nos kindles et à télécharger des films sur nos ordinateurs, et bien sûr, on a pris avec nous, nos chargeurs et nos adaptateurs au cas où on trouve des prises sur la route. Autant dire que le sac de Mary Poppins fait pâle figure à côté du nôtre !
0O0A9935
Quand tu commences à te brosser les dents dans le train, c’est mauvais signe quant à la longueur du trajet…

En revanche, contrairement à ce que beaucoup nous avaient prédit avant le départ, nous n’avons pour l’instant pas l’impression d’avoir changé en profondeur. On se pose toujours les mêmes questions, on s’émerveille encore à chaque nouvelle étape, et – NON – on ne compte pas adopter un orphelin cambodgien (même si on a été super ému par leur sort), Charlotte aime toujours les animaux et Antoine tester des mets étranges.

On n’a pas non plus l’impression que le retour à la réalité sera tellement difficile. Finalement, on dort aussi bien à même le sol chez l’habitant en Birmanie que dans un hôtel 5 étoiles (ça arrive moins souvent ça quand même hein). De vrais petits caméléons.

A priori, le moment venu, on retrouvera donc avec plaisir nos vies parisiennes. Disons simplement qu’on y glissera peut-être certaines de nos nouvelles habitudes…

Vous êtes sûrs que les sandales à scratch, ça ne passe pas dans le métro ?

0O0A9267
Ou sinon, le hamac au bureau?

Charlotte & Antoine.

0O0A0344
On a l’air malheureux nous?!

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestEmail this to someoneShare on Google+